FICHE METHODE : L'invention

Aller en bas

FICHE METHODE : L'invention

Message  opiola le Mer 3 Fév - 22:29

L'écriture d'invention

Elle " teste l'aptitude du candidat à lire et comprendre un texte, à en saisir les enjeux, à percevoir les caractères singuliers de son écriture. Elle permet [...] de mettre en œuvre d'autres formes d'écriture que celle de la dissertation ou du commentaire. Il doit écrire un texte, en liaison avec celui ou ceux du corpus, et en fonction d'un certain nombre de consignes rendues explicites par le libellé du sujet " (Bulletin Officiel n° 26 du 28 juin 2001).
Elle suppose :
• l’analyse du corpus ou du texte unique pris en compte par le sujet (paratexte, thèmes, genres, registres, énonciation, époques(mvt littéraire), auteurs, objet(s) d’étude concerné
• une bonne connaissance des règles des différents types de textes

I.LES TYPES DE SUJETS

1. La relation à un objet d’étude
a. Ecrivez un monologue....
b. Vous écrirez un apologue....
c. Ecrivez un pamphlet....
d. Imaginez le réquisitoire...
e. Vous écrirez un éditorial...
f. Rédigez la lettre...

2. La relation au corpus
a. En vous inspirant de ces portraits....
b. Répondez à la question posée par l’auteur du texte 3 : " .......... "...
c. Réfutez la thèse de xxxxxxx dans le texte xxxxxx...
d. Ecrivez, dans le même registre que le texte de xxxxxx...
e. Transposez le dialogue du texte de xxxx au XXI° siècle...

II. Analyse du sujet


1. Identifier les mots clefs
Chaque mot du sujet a son importance car il précise une consigne en rapport avec :
• le genre ou la forme du texte à produire
• le type
• le registre
• le niveau de langue
• le contexte
• l’énonciation
• la focalisation
• la structure
• les procédés d’écriture
• le thème
• la thèse / les arguments
• le lieu / l’époque
• les personnages
• les éléments narratifs


2. Les questions à se poser

Quel GENRE ? Quelle FORME ?

Les genres narratifs

Discours narratif
Histoires fictives ou réelles
Roman
Conte
Nouvelle …

Les genres dramatiques

Double énonciation
Tragédie
Comédie
Drame

Les genres argumentatifs

Discours argumentatif
Pamphlet
Essai
Dialogue
Apologue

Les genres poétiques

Usage différent de la langue
Versification ou prose
Epopée
Poésie lyrique
Poésie romantique…

Quel REGISTRE ?

Selon les procédés d’écriture, un texte peut avoir différentes tonalités : les registres. Le registre dépend des émotions suscitées chez le lecteur. Certains registres sont plus particulièrement liés à un genre. On distinguera donc :

LES REGISTRES LIES AUX PROCEDES D’ECRITURE
PATHETIQUE Suscite la compassion : hyperboles, CL des sentiments, exclamations, interrogations…
LAUDATIF Vient de louange, fait l’éloge : termes hyperboliques, vocabulaire appréciatif, images valorisantes…
SATIRIQUE Critique qui tourne en ridicule : termes dépréciatifs, images dévalorisantes…
POLEMIQUE Discrédite un adversaire dans une argumentation : termes dépréciatifs, apostrophe…
IRONIQUE Affirme le contraire de ce qu’il veut dire pour discréditer un point de vue : antiphrases

LES REGISTRES LIES AUX GENRES LITTERAIRES
EPIQUE Lié à la poésie à l’origine ; raconte les hauts faits guerriers d’un héros : hyperboles, superlatifs, figures d’insistance
TRAGIQUE Lié au genre dramatique (la Tragédie), montre l’homme face à une puissance qui le dépasse : vocabulaire de l’émotion, destin, mort…
COMIQUE Lié au genre dramatique (la Comédie), vise à faire rire : jeux de mots, indications gestuelles, caricature…
LYRIQUE Lié au genre poétique, exprime les sentiments, les émotions, les états d’âme : marques de la subjectivité, CL sentiments, musicalité, rythme…

Quel TYPE ? le discours narratif, Le discours descriptif, Le discours explicatif, le discours argumentatif …

• Dans une lettre, on peut raconter des événements (discours narratif), expliquer certains faits (discours explicatif) et chercher à convaincre le destinataire (discours argumentatif).
• Dans un dialogue, les protagonistes peuvent délibérer (discours argumentatif), raconter une histoire (discours narratif) ou donner des explications (discours explicatif).
• Dans un apologue (fable, exemplum, conte philosophique...), l'auteur argumente indirectement: à travers une structure narrative intégrant des descriptions, il cherche à soutenir, à réfuter, à confronter différentes thèses.
• Dans un essai, genre à caractère argumentatif, les exemples peuvent relever du discours narratif, descriptif ou explicatif.

Quelle énonciation ?
Tout énoncé est le produit d'une énonciation mettant en œuvre : l'énonciateur (l'émetteur du message, le locuteur) ; le récepteur (le destinataire à qui est destiné le message ; l'interlocuteur (à qui on s'adresse dans un dialogue), le lieu et le moment de l'énonciation . Ces éléments définissent la situation d'énonciation.
Ces marques de l'énonciation sont : les indices de la personne: pronoms personnels ou adjectifs possessifs (émetteur: je / mon, nous / notre... ; récepteur: tu / ton, vous / votre... ) ; les indices de l'espace et du temps (indicateurs spatio- temporels) qui situent l'énoncé par rapport à l'émetteur : ici, aujourd'hui, demain, l'année prochaine...

Quelle FOCALISATION ?

Quel LIEN AVEC LES OBJETS D’ETUDE ?
Convaincre ou persuader ?
Pour convaincre le locuteur organise son argumentation comme une démonstration logique et argumentée, fondée en raison. Pour persuader, le locuteur appuie son argumentation sur l’émotion afin d’émouvoir, de séduire ou d’effrayer le destinataire.
Délibérer ?
Il s’agit d’une confrontation de deux opinions pour parvenir à un accord ou à un constat de différend. L’opinion n’est arrêtée qu’à la fin de la confrontation.
L’essai
Il présente une pensée personnelle, propose un éclairage original sur un sujet, des pistes de réflexion… Il laisse paraître les marques d’un jugement personnel (1ère personne, évaluatifs, modalisateurs….)
Le dialogue
Depuis les dialogues philosophiques de l’Antiquité, le dialogue est la forme privilégiée de la délibération car il permet l’affrontement des idées. Son issue est marquée par une opinion synthétique qui résulte de la confrontation.
Dans les échanges, on remarque tantôt l’assentiment (accord avec ce qui a été dit), tantôt la contradiction (désaccord) et tantôt la concession (reconnaissance partielle de ce qui a été dit). Dans l’échange, les interlocuteurs s’interpellent par l’apostrophe (nomme celui à qui on s’adresse pour forcer son attention ou le faire réagir), l’exclamation (expression d’une émotion) ou la question oratoire (fausse question qui induit la réponse).
L’apologue
Récit imaginaire, court et plaisant, qui vise à démontrer une vérité morale. (à la fois narratif et argumentatif, donc). Diversité formelle : parabole, conte philosophique, fable, utopie…
avatar
opiola

Messages : 35
Date d'inscription : 07/10/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum